Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Afrique c'est Nous!

Berlin ou Bénin ?

26 Mars 2017, 17:53pm

Publié par Charbel Gauthe

"Je suis originaire du Bénin."

"Pardon, Berlin?"

Cette réponse ne surprend plus beaucoup de béninois vivant en Allemagne. Elle est aussi rapidement servie qu'un plat de nouilles aux sardines. Certains de mes interlocuteurs me regardent d'un air désespéré lorsque je reprends "Benin" mais que, eux, ils comprennent toujours "Berlin". L'un d'entre eux, un italien que je rencontrai dans le métro et qui m'aborda directement me répliqua d'un air de quelqu'un qui donne des leçons :

"Mama mia, mais regardes, je te donne un exemple. Moi je viens d'Italie mais je vis en Allemagne. Tu comprends? Toi tu viens d’où?"

Et moi je reprends comme dans un cours d'alphabétisation mais sans oublier cette fois ci de préciser mon origine.

"Oui je viens du Bénin, un pays de l'Afrique de l'ouest et je vis en Allemagne."

"Ah bene, ho capito," répondit-t-il comme s'il venait d'un long voyage scientifique incompréhensible ; "je pensais que tu venais de Berlin."

Cet ami italien est l'une des rares personnes qui me demande une explication lorsqu’elles comprennent Berlin. Une amie à moi s'est fait, une semaine durant, des idées sur le fait qu'une personne à la peau sombre puisse être originaire de Berlin, la ville ursine. Lorsqu'un jour autour d'une tasse de café à l’université, je lui parlai de ma patrie, je lus dans ses yeux un morceau d’ignorance mais aussi un brin de soulagement, comme si elle avait peur que Berlin lui ait été volée.

Parfois je me demande si je prononce mal le mot Bénin ou bien si cela est dû à mon accent lorsque je parle allemand ou si carrément ce petit pays de la côte ouest africaine n'est vraiment pas si connu qu'on arrive à le confondre à la capitale Berlin qui pourtant se situe à des milliers de kilomètre de lui. Mais j'ai vite fait d'exclure les deux premières raisons lorsque d'autres compatriotes me racontèrent sans balbutier la même histoire.

En effet beaucoup d'allemand ne connaissent pas le Bénin ce qui les poussent à entendre d'abord, qu'ils le veuillent ou pas, Berlin. C’est comme cela. Si tu ne t’attends pas à ce qu’un allemand te salue en français, alors tu ne comprends vraiment pas ce qu’il te dit jusqu’à ce qu’il te dise qu’il parle français.

Mon pays est petit mais vaste, grand mais étroit, noir mais en plus très intellectuel contrairement à ce que beaucoup pensent des pays d’Afrique en général. Autrefois on l’appelait quartier latin de l’Afrique à cause de ses citoyens intellectuels chevronnés. Même si de nos jours le français y est toujours la langue officielle, il faut reconnaître que le niveau d’apprentissage a toutefois baissé. Mais occupons-nous d’autres choses, histoire de revenir plus tard sur "notre chère langue" le français. Occupons-nous par exemple des types de personnes qui vivent au Bénin.

Place de l'étoile rouge à Cotonou

Place de l'étoile rouge à Cotonou. © Mayeul Akpovi

Presque tous les béninois ont une peau sombre. Certains ont la peau claire ou très claire et cela est vu comme caractéristique de beauté. D’autres sont bruns ou marrons comme le dirait une amie à moi. On aurait pensé qu’ils travaillent depuis leur tendre enfance à la transformation des fèves de cacao en chocolat, depuis les plantations dans l’ouest du berceau de l’humanité jusqu’au musée du chocolat à Cologne. Mais il n’en est rien. Ils n’ont peut-être même jamais gouté au chocolat en question, produit pourtant très prisé du côté de Cologne.

Mais revenons sur ceux qui ont la peau claire et faisons une distinction. Il y a ceux qui sont nés comme cela et il y a ceux qui ont forcé leur peau à devenir claire parce que selon eux, ils devenaient trop noirs. Ainsi donc ils se passent des produits éclaircissants sur le corps. Le résultat est abominable.

Quand on se promène un peu dans les rues de Cotonou, la capitatle économique du Bénin, on a parfois l’impression de voir des zombies serpenter en plein midi les rues étroites et chaudes de la capitale économique du Bénin. Chez ces zombies ambulants, la partie supérieure du corps sans le visage semble normale, mais la partie inférieure du corps avec le visage peut vous faire couler des larmes.

Le mélange du produit éclaircissant est évident : chocolat, jus de citron gris, mangue pourrie, graisse d’un vieux porc stérile et pleins d’autres choses. Ceci dégage naturellement une odeur nauséabonde qui vous perce les narines et vous embaume le cerveau pendant un bon moment. Ceci a aussi un nom. Dans ma langue maternelle, le Fͻngbe, langue la plus répandue du Bénin, on appelle ces zombies ambulants trois-cent soixante-quinze francs. En Fͻngbe, le nombre ou la valeur trois-cent soixante-quinze se dit : « kpon afͻ ton » c’est-à-dire « regarde ses pieds ». Cela veut tout dire.

Mais revenons-en à la confusion qui fût à la base de cet article. Qu'on le veuille ou pas cette confusion dûe à une mauvaise perseption phonétique persistera aussi longtemps que Berlin existera et que le Bénin restera dans l'ombre des idées en Allemagne. Il urge alors d'oeuvrer à une vulgarisation plus large de ce pays de l'Afrique de l'ouest qu'on ne peut situer que par rapport à sa position près du géant économique nigérian. Ainsi peu-être qu'un jour Bénin cessera d'être Berlin.

L'Afrique C'est Nous!

Charbel Gauthe

 

Commenter cet article

Armel 16/02/2018 16:10

J'aime bien la description que tu fais de notre cher pays et surtout le style utilisé. Partir de la confusion en Berlin et Bénin et profiter pour parler du pays c'est vraiment Génial. J'espère juste qu'il y aura d'autre article qui parleront plus amplement de notre chère patrie. Merci à toi

Charbel 06/03/2018 08:11

Merci beaucoup Armel